Accueil > Sports de raquettes > Gilles Simon à genoux

Sports de raquettes

Gilles Simon à genoux

Share |

Victime d’une lésion au genou droit, Gilles Simon s’est de nouveau blessé et manquera la saison sur terre battue. Peu verni en 2010, le Niçois se retrouve au repos forcé pour quatre semaines ce qui pourrait le contraindre à déclarer forfait pour Roland-Garros et pour l’Open de Nice.

Monte-Carlo, Rome, Madrid, Nice et Paris. Le programme concocté par Gilles Simon en début de saison tombe à l’eau. Pire, le Français pourrait ne pas fouler le moindre court en terre battue cette année. Sixième mondial en janvier 2009, 26e aujourd’hui, l’élève de Thierry Tulasne devrait encore logiquement reculer au classement ATP.

Trahi par son physique

Gilles Simon ne s’en sort plus. Victime de blessures récurrentes depuis le début de la saison 2010, l’ex numéro deux français peine à retrouver son niveau mais surtout son physique. Forfait en Australie, Simon avait effectué son retour à Marseille lors de l’Open 13. Mais le jeu du Français, basé sur la défense, nécessite un physique irréprochable comme le confirme son entraîneur : « Gilles a un jeu qui l’oblige à jouer chaque match à 100% pour gagner, poursuit l’entraîneur. Même face à des joueurs moyennement classés, il a besoin de ses appuis ». Après avoir dégouté plus d’un adversaire en 2008, Gilles Simon est à la ramasse. Blessé au genou droit depuis plus d’un an, il n’a pas facilité son rétablissement avec la saison sur dur.

Pire encore, les examens récemment passés ont révélé l’aggravation de la lésion. Si le joueur avait décidé d’accélérer sa préparation hivernale afin de pouvoir participer à l’Open d’Australie, il n’en fût rien. Contraint de déclarer forfait au dernier moment, Gilles Simon traîne, depuis, cette blessure qui affecte autant son physique que son mental. Alors que les spectateurs avaient pris l’habitude de le voir courir aux quatre coins du court il n’en est plus rien aujourd’hui. Et quand le physique ne suit plus, le mental n’est pas au rendez-vous…

Incapable de s’imposer

Pour son retour, à Marseille lors de l’Open 13, un petit tour face au Belge Olivier Rochus et puis s’en va. Normal pour une reprise mais Gilles Simon ne parviendra jamais à retrouver son jeu. Lui qui avait battu Nikolai Davydenko à Cincinnati, Roger Federer à Montréal ou encore le taureau de Manacor, Rafael Nadal, à Madrid, n’est plus en mesure de répéter ces exploits. En février, à Dubaï, Gilles Simon s’incline de nouveau dès son entrée dans le tournoi, battu sèchement par Marcos Baghdatis. Une défaite qui ne réconfortera pas le Niçois sur son tennis. Retombé à la 16ème place mondiale, Gilles Simon se présente alors à Indian Wells sans certitudes. Et le Français, en proie au doute, se voit sortir dès le second tour face au modeste Brian Dabul. En manque de repères, de confiance et de matchs, il décide alors de s’aligner sur le challenger de Sunrise en Floride.

S’il semble avoir retrouvé son jeu, Gilles Simon devra néanmoins s’incliner en finale face à Florian Mayer. Mais le parcours effectué place cependant l’un des protégés de Guy Forget sur le bon chemin. Malheureusement, Simon retombe dans ses travers, une semaine plus tard à Miami. Au terme d’un match catastrophique, le Niçois s’énerve et lâche le match face à Horacio Zeballos, 50e mondial. Une tournée américaine chaotique qui marque la fin d’une saison estivale qui n’a même pas débuté. Son genou grince, le verdict tombe : quatre semaines d’arrêt ! Gilles Simon n’était pas encore véritablement entré dans sa saison.

Mais le garçon de 25 ans retient ses erreurs du passé : « Je ne vais pas me précipiter. Je vais m’arrêter et tant que ce n’est pas nickel je ne reprends pas. Si je n’avais pas été aussi pressé de rejouer, ce serait peut-être déjà passé".

par Vivien Frappier
Ecole du Journalisme de Nice