Accueil > Sports Collectifs Indoor > Nice Roller Attitude > Finales Championnat de France Féminines Roller Hockey N1 et N2 : Le meilleur (...)

Nice Roller Attitude

Finales Championnat de France Féminines Roller Hockey N1 et N2 : Le meilleur des filles à Nice

Share |

Les 2 et 3 juin, le club de Nice Roller Attitude accueillait huit équipes féminines, pour les Finales de la Nationale 1 et de la Nationale 2. Cette année, les Finales des championnats féminins de Nationale 1 et de Nationale 2 étaient une nouvelle fois disputés sur un même lieu, pendant deux jours. Douze matchs ont été joués samedi 2 et dimanche 3 juin.

Ris-Orangis, Anglet, Grenoble et Bordeaux en N1

Chaque équipe disputait deux matchs contre son adversaire direct : la première contre la quatrième, et la deuxième contre la troisième. En cas d’égalité, les équipes avaient une nouvelle occasion de l’emporter lors d’une prolongation en mort subite, ou devaient attendre les tirs au but.

Rennes, Varces, Reims et Villeneuve en N2

En Nationale 2, les formations de Rennes, Varces, Reims et Villeneuve-la-Garenne étaient donc à Nice. Varces rencontrait Reims, et Villeneuve était opposé à Rennes. En saison régulière, Varces ne s’est imposé que d’un point face à Reims et Rennes avait créé la surprise en battant Villeneuve 8-1.

http://rollerhockey.ffroller.fr/con...

Les résultats complets : http://www.rollerhockeyandfun.info/...

LA FINALE N1 :

UN PHÉNIX NE MEURT JAMAIS

On les voyait mal parties alors que la deuxième période les a mises sous une pression grenobloise incessante. Mais Ris-Orangis est une équipe qui ne renonce pas. Avec une fin de match époustouflante, et un doublé de Marina Drici, les Phénix remportent le troisième titre national de leur histoire, réalisant au passage un joli doublé coupe – championnat.

Le début de cette finale 2012, entre deux équipes qui avaient déjà empoché deux fois le trophée, était conforme aux attentes. Grenoble, double champion en titre, face à la furia offensive de Ris-Orangis devait avant tout savoir défendre. Car c’est bien connu, si on peut attaquer, on a le devoir de défendre, à plus forte raison contre les Phénix. Les Franciliennes donc, allaient faire le jeu, patienter puis accélérer, temporiser puis mettre la pression. De son côté, Grenoble gérait parfaitement ces changements de rythme, s’appliquait à rester en place pour ensuite récupérer le palet. Ceci fait, les Yeti’s ne comptaient pas leurs efforts pour sonner la charge sabre au clair et tenter de prendre de vitesse du équipe rissoise pas toujours au fait du backcheck. Ris qui faisait d’ailleurs une lourde erreur sur un changement de ligne peu avant la huitième minute. Il n’en fallait pas plus à Mario Dalzotto pour filer au but, seule, mais Marion Mousseaux fermait la porte. La gardienne rissoise, allait être de plus en plus sollicitée, notamment en raison de plusieurs punitions subies par son équipe. Mais le jeu restait bien francilien, et quand la défensive trouvait une passe parfaite au loin pour Léna Rault, c’est le talent de Manon Violette qui maintenait le score à 0-0. Le temps s’égrenait, avec toujours cette domination blanche bien que Grenoble se montrait de plus en plus décidé à ne pas seulement défendre. Cécile Marcone, en supériorité, mettait la pression sur Mousseaux en trouvant le poteau. La fin de période confirmait la domination des filles de Cédric Pugin, sous les yeux de la nouvelle présidente rissoise, Patricia Fauchon. Mais rien ne se passait, hormis un ultime sauvetage de Violette en toute fin de période sur Léna Rault, très en vue ce week-end.

Autre période, autre match

La deuxième période est très simple à analyser. Grenoble a outrageusement dominé pendant une grosse douzaine de minutes et les rôles étaient tout simplement inversés. Totalement transfigurée, la formation iséroise allait prendre les Phénix à la gorge et ne leur laisser que quelques toutes petites miettes sur de très rares contres. Grenoble a produit un jeu rapide, précis, puissant et n’a jamais relâché la pression. Pour autant, si les Yeti’s étaient aux affaires, la finition restait incertaine et les lancers peu dangereux. Marion Mousseaux était là quand il fallait, sans forcer. Et à dominer de la sorte, il arrive parfois des coups du sort. Léna Rault s’amenait en fin de période sur la cage pour suivre un rebond précieux, ça n’était pas pour cette fois. Pas plus pour Grenoble lorsque Maud Cochard donnait un palet en or à Camille Jabéa seule devant Mousseaux, toujours pas. Le coup du sort, pour les Grenobloises, il arrivait à moins de deux minutes de la fin. Tout le monde se voyait filer vers une prolongation quasi certaine. On sentait les deux équipes sur la défensive, on ne prenait plus de risque. Mais voilà, le week-end a mis en lumière un duo en très grande forme. Léna Rault débordait sur la gauche puis servait Marina Drici… « Tannante » glissait le puck entre les jambes de Manon Violette. Temps mort demandé, Grenoble sortait sa gardienne et Marina Drici ne se faisait pas prier pour claquer une cage vide. On peut dominer Ris-Orangis, mais ne pas marquer contre cette équipe amène forcément à prendre le risque de voir le match tourner en un clin d’œil. La finale de N1 2012 en est une nouvelle fois l’illustration et aussi la preuve que si Ris est puissant offensivement, c’est également une équipe capable de défendre de la plus belle des manières.

REACTIONS

Anaïs Garcia (avant de Ris-Orangis)

« On espérait mener au terme de la première période et on se laisse un peu aller en seconde période et elle nous domine vraiment. On a douté et j’ai pensé qu’on devrait aller en prolongations. Mais on les a toujours battues cette saison et quand on marque, j’étais certaine que le titre était pour nous. C’est mon premier championnat gagné, je suis super heureuse ! »

Esther Blanc (avant de Grenoble)

« On avait pas forcément fait de plan de jeu, sauf les contenir. En deuxième période on n’avait plus le choix, il fallait aller les chercher et essayer de marquer. Mais voilà, une fois encore leurs individualités ont fait la différence. On voulait garder le trophée une nouvelle fois mais c’est une belle saison malgré tout. »

A noter, la présence de Claudia MOLLICCHI, joueuse de l’équipe des cadets de Nice Roller Attitude, qui évolue aussi en Ligue Féminine avec l’équipe de RIS ORANGIS (ceux-ci dans le cadre du développement de la pratique sportive féminine). Joueuse parmi les jeunes (avec Léna RAULT) de cette magnifique équipe de Ris Orangis, Claudia réussi donc une belle saison, avec pas moins d’une Finale en Cadet, une victoire en CdF féminine et donc ce nouveau titre en N1.

A Nice, Salle Toni-Bessi, Ris-Orangis bat Grenoble 2-0 (0-0 ; 2-0) Arbitres : MM. Plazené et Do Van Ngoan Spectateurs : 200 Buts pour Ris-Orangis : 48’41 Drici (Rault), 49’16 Drici Pénalités : 6’ pour Grenoble, 8’ pour Ris-Orangis Gardiennes de but en jeu : M. Violette pour Grenoble, M. Mousseaux pour Ris-Orangis

Recueilli à Nice par YM pour RHAF (Crédit photos : Myriam Leprince pour FF Roller Sports) :http://ow.ly/bmIcU http://www.rollerhockeyandfun.info/...

http://www.rollerhockeyandfun.info/...

Le FB de la Commission Féminine Roller Hockey : http://ow.ly/bmI93