Accueil > Comités et Ligues > CD06 Savate Boxe Française > Dirigeants bénévoles : une espèce en voie de disparition ?

CD06 Savate Boxe Française

Dirigeants bénévoles : une espèce en voie de disparition ?

Share |

Chacun s’accorde à reconnaître que l’engagement au sein d’une structure associative dans un rôle de dirigeant est lourd de conséquences car cela amène à assumer de nombreuses responsabilités auxquelles on n’est pas toujours préparé. Et, de plus, ce bénévolat n’est pas sans risque surtout dans une société où le moindre problème suscite désormais des procédures judiciaires.

Et quand le dirigeant bénévole se transforme en plus en employeur, il se retrouve propulsé au rang de quasi chef d’entreprise avec toutes les obligations qui en découlent et bien entendu sans aucune contrepartie !

Si d’aventure il a la chance d’être à la tête d’une structure comptant plusieurs salariés, il peut bien entendu être déchargé d’un certain nombre de tâches, mais il conserve toutes les responsabilités qui s’attachent à son mandat.

Dès lors, il peut légitimement se poser la question « le jeu en vaut-il la chandelle » ?

Avoir quasiment 7 jours sur 7 une deuxième activité « professionnelle » n’est pas possible pour tout le monde, sans compter les conséquences sur la vie privée, et on ne peut pas non plus escompter n’avoir demain que des dirigeants retraités, d’autant que ceux-ci aspirent souvent, après une vie de travail, à souffler un peu.

Et comme parallèlement on constate dans les clubs sportifs l’inexorable transformation de l’adhérent en client, on se trouve de plus en plus souvent confrontés à une vraie crise des vocations de dirigeant.

Donner un coup de main à l’organisation d’une manifestation, pourquoi pas ?

Mais s’engager au quotidien pour l’association, la réponse est de plus en plus souvent pas question !

Et c’est ainsi que petit à petit on constate que les dirigeants d’associations fonctionnent de plus en plus en famille (en couple notamment) car la passion est partagée (pas toujours quand même…) et qu’ils sont de moins en moins jeunes et de moins en moins actifs…

Alors demain le Président idéal sera-t-il un retraité secondé par son conjoint ou un de ses enfants ?

Peut être ?

En tous cas, on est en droit de se demander s’il ne serait pas temps de créer un statut du dirigeant bénévole pour les Présidents, Trésoriers et Secrétaires généraux comme il en existe un pour les élus, si l’on ne veut pas les voir disparaître ?

Où alors, il faut remettre à plat le statut associatif et prévoir pour les structures comptant des salariés que ceux-ci assument toutes les responsabilités et que ne subsistent des dirigeants bénévoles qu’au sein d’une sorte de conseil de surveillance qui serait là pour veiller à la bonne gestion financière de la structure.

Le débat mériterait d’être enfin ouvert.

Jean-François CAMPANA Président du CDSBF06