Accueil > Sports individuels > DPL Racing > 10 Km de Nice de Jocelyne

DPL Racing

10 Km de Nice de Jocelyne

Share |

Aujourd’hui 17 avril, autre grande course de l’année réunissant le team du DPL Racing : la 20ème édition du semi-marathon de Nice. Lever à 6h pour un départ à 7h car Charles est bénévole et doit rejoindre Nadine et Didier au Radison pour le ravitaillement du semi. Je laisse donc Charles et ma mère, descendue pour l’occasion. La mise

en place se fait tout doucement. A 7h30, accompagnée d’Alain, nous partons en petites foulées (enfin, disons à sa cadence !) vers la grille de départ.

Nous sommes dans les temps. Nous enfilons nos t-shirts fournis par l’organisation puisqu’une nouvelle fois nous ferons la chaîne humaine. Petit à petit, les membres du team nous rejoignent. L’attente est longue jusqu’à l’heure du départ, 9h30. En attendant, on tourne en rond, on piétine. Nous arrivons à convaincre Alain de faire la photo du team !

Patrick, en charge des photos, s’est placé avec son vélo. Nous enlevons rapidement nos t-shirts de l’organisation pour découvrir nos maillots du team "fraîchement" remis pour l’occcasion : rouge... de la même couleur que ceux fournis par l’organisateur !! Dommage pour cette première !

Bref...Enfin, l’heure du départ approche. Une nouvelle fois, grâce à Alain, nous nous retrouvons avec les élites. Le départ est lancé. Emportée par la foule, je démarre mon cardio. Vu le nombre de concurrents, je perds de suite trace des autres membres du team. Remontée du Boulevard Gambetta, faux plat montant. J’arrive à hauteur de Denis qui a déjà l’air mal en point : parti trop vite. Arrivée Rue Trachel, je récupère. On redescend par le tunnel de la gare : super ambiance, on chante, on crie, ça résonne, yeah !!! Et là, Alain me rejoint et ne me lâchera plus (ah ! je j’avais su, je serai pas venue !!!!). De suite, je suis obligée (ah si si !!, obligée sinon je me fais eng....) de le suivre. Ma FC affiche 180.

Il se retourne pour être sûre que je suis toujours là. Bon, ça descend, donc tout va. Rue du Congrès, on passe devant le Sport 11, puis direction Rauba Capeu. Je ralentis au grand damme d’Alain car je sais qu’il y a la "montée". Et là, je commence à en baver (dire qu’on en est pas encore à la moitié, arghhhhh !!!). J’ai soif ! Heureusement, je sais que le ravitaillement n’est pas loin, au monument au morts. Je bois, je m’asperge (il commence à faire chaud). Ca va mieux !

A nouveau un faux plat montant jusqu’à la Rue Barralis (mais où est-ce qu’elle est déjà cette rue : avant ou après Carrefour ? ouffff, c’est avant !) et ça redescend. Je suis fatiguée et Alain qui n’arrête pas, qui ne ralentit pas, au contraire ! Bon, je pense à Patrick qui a prévu de nous prendre en photo au port : je le cherche mais ne le voit pas (lui non plus d’ailleurs ne me verra pas  !). Déception... Descente sur le port, ahhhhh. D’en bas, je vois Christine pas loin de nous. Je suis de plus en plus fatiguée : j’avais prévu d’accélerer dans les 2 derniers kilomètres et je sais que je ne pourrai pas. J’ai soif et ça remonte... j’en peux plussssssss ! je repasse au ravitaillement. Ma FC est restée bloquée entre 179 et 182.

Je suis dans le rouge depuis trop longtemps. Ca redescend mais je n’y arrive plus. Alain veut que j’accélère mais je ralentis. Je flanche. Hésitation (de courte durée !) entre la trajectoire du semi et la fin de la course : dernier virage et je vois l’arrivée se profiler à l’horizon. Et là, comme d’habitude, je donne tout se qui me reste (enfin presque

car y a plus grand chose !) et je franchis la ligne. Même pas je vois mon temps, même pas j’arrête le chrono, je suis trop mal. Je craque  ! Christine est là et me soutient (merci !!!) et m’aide à enlever la puce. Je défaille et suis obligée de m’asseoir. Puis vient le temps de la récupération. Heureusement, je récupère vite. Je retrouve Patrick.

Tout va bien. Bérengère est là aussi et nous voilà repartis tranquilles en marchant. Après le Palais de la Méditerranée, je repars en trottant : sur le chemin je croise les 2 Franck, Véro, Johann qui n’ont pas fini le semi. Direction le Radison pour rejoindre mon fils et ma mère. Mon fils s’éclate à l’épongeage. Tout est bien qui finit bien.

J’ai fini en 52’25 (une seconde de mieux qu’à Cannes !) en 691ème position sur 2379 concurrents (25ème de ma catégorie). Il me reste du boulot ! mais avec l’équipe de DPL Racing qui m’entoure, je ne me fais pas de souci : ils sont tous trop top ! merci à eux, à notre Président et aux partenaires.

CIMG4793.JPG